doux printemps

Doux Printemps, quand les glaces fondent, et que la pluie donne suite à la brume, créant des paysages où le flou aiguillonne mon attention sur ce qui m’intériorise.

À la manière de ce chemin qui me ramène, encore et encore, à moi-même. En fait pas tant qu’à, qu’en relation avec. Avec ce qui m’entoure.
Comme cette présence du vivant, son rythme, sa durée. Chose que j’oublie nombre de fois dans mon univers technologique. Comme si je pouvais faire sans Elle.
Et maintenant que je prends le temps d’aller vers Elle, de l’écouter, de faire silence et de l’entendre, je ne saurais plus dire ce qui nous sépare.
Je, Elle, c’est Nous dans un moment de bonheur.